Démarrer un Jardin en Permaculture

Afin de mieux appréhender les bases nécessaires à la création d’un jardin en permaculture, voici quelques courts paragraphes explicatifs sur des points essentiels, suivis par une sélection d’articles, vidéos et documents au format PDF pour vous accompagner dans cette aventure.

La base de tout design en permaculture : l’Observation

Avant de se lancer dans la réalisation d’un jardin, il est essentiel de réfléchir à certains points pour éviter de nombreux désagréments. Bien connaître le lieu où vous allez l’implanter est la base, concevoir un jardin en Permaculture demande donc avant tout un long travail d’observation : Le principe étant de cultiver en collaboration avec la nature, il est important d’en déceler les agissements avant de démarrer ses cultures :

  • Zones d’ensoleillement / ombre, sur les différentes saisons
  • Reliefs – Ruissèlements des eaux de pluie
  • Plantes bio-indicatrices (poussant seules et informations sur la nature du sol)
  • Zones exposées au vent, au gel…

Ainsi, vous pourrez adapter vos plantations aux contraintes du terrain et tirer parti de ses atouts (Par exemple, retravailler les dénivelés où ruissèle l’eau pour lui faire suivre un parcours et ainsi irriguer vos cultures à chaque pluie). Chaque plante ayant des besoins et préférences propre quand à la composition du sol (argileux, calcaire, acide…), connaître le type de substrat sur lequel vous cultivez est également très important, afin de choisir des variétés adaptées au lieu ou travailler la terre pour l’adapter à vos cultures: il est tout a fait possible dans un premier temps d’enrichir votre sol en semant des engrais verts (comme le trèfle par exemple, plante fixatrice d’azote) et / ou en y déposant des déchets organiques (végétaux ou animaux, comme le fumier ou la laine de mouton).

Définir les zones de culture

Une fois pris connaissance du lieu, vous pouvez commencer à définir vos zones de culture. La réalisation d’un design sur papier peut être un bon moyen de mettre toutes les idées en ordre. Certains travaux peuvent être réalisés pour tirer parti des atouts du terrain, comme exprimé plus haut :

  • La réalisation de baissières pour diriger et récupérer l’eau de pluie
  • La création d’espaces délimités (planches de cultures, buttes, zones laissées à la vie sauvage…)
  • Favoriser des micro climats (grâce à des marres, roches captant la chaleur du soleil, haies protégeant du vent…)

Les plantes croissent grâce à l’eau, la lumière du soleil, et l’air (carbone et oxygène. Azote pour les légumineuses) mais également en tirant du sol les éléments dont elles ont besoin. Dans un système où le sol ne se ré-enrichit pas de lui même des matières puisées par les plantes (par la décomposition de celle ci restituant les éléments prélevés), le sol s’épuise des matières absorbées. Il est alors intéressant de noter les lieux de plantations, afin d’effectuer une rotation des cultures les années suivantes, d’apporter soi-même les éléments nécessaires ou bien d’associer des plantes complémentaires (Pour exemple : Courge Haricot Mais, la courge protège le sol, le mais sert de tuteur au haricot qui capte et restitue l’azote aux deux autres). Une pratique courante en permaculture est de laisser les parties non utilisées de la plante (déchets verts) sur place, afin qu’ils nourrissent le sol.

Favoriser la Biodiversité

Pour obtenir un jardin vivant et en bonne santé, il est primordial de cultiver divers variétés de plantes. Cette pratique (suivant l’exemple de la plupart des systèmes naturels) permet avant tout de favoriser la vie : chaque plante attire et repousse de nombreux insectes, attirant d’autres animaux, participant chacun à la création d’un équilibre global (ou plutôt à régler les déséquilibres). Tout en créant un jardin sain et agréable, et en profitant de la récolte de produits variés, vous offrez ainsi un espace de vie à de nombreuses espèces d’insectes et d’animaux. Cette pratique permet également, en associant plus précisément certaines plantes (nous y reviendrons plus bas), de prévenir de maladies et d’éviter la prolifération de certains ravageurs, tout comme par la présence de certains animaux :

  • Le hérisson
  • Le crapaud
  • Le serpent
  • Les oiseaux

Selon l’endroit où vous réalisez votre jardin, il est possible de favoriser la venu de certains animaux, en mettant en place des lieux d’accueil propices à leur installation : Hôtels à Insectes, tas de bois, de branches et de déchets verts, marres, tas de roches, nichoirs… ainsi qu’en cultivant certaines variétés de plantes (mellifères par exemple pour les pollinisateurs). Laisser des parcelles ‘sauvages’ proche du jardin (non travaillées, et où l’on évite de se rendre régulièrement) permet également de favoriser la biodiversité par la venue de faune et flore se plaisant dans l’endroit et qui viendront se balader dans le jardin.

Les associations de plantes

De nombreuses interactions directes et indirectes existent entre les plantes : par le dégagements de certains éléments, par le fait d’attirer tels ou tels insectes… Ces interactions peuvent être très bénéfiques ou néfastes à certaines plantes. Il est intéressant de s’informer sur les associations favorables afin de mettre en place un lieu où les individus s’entraident pour repousser ravageurs, maladies, favoriser les récoltes, et même améliorer le goûts ou encore la digestibilité de certains légumes. Vous trouverez plus bas un article comportant plusieurs documents au format PDF concernant les associations de plantes pour vous aider dans l’établissement de vos cultures.

La couverture du sol (ou mulch)

Dans la plupart des systèmes naturels (fertiles), le sol est constamment recouvert par des végétaux ou déchets verts. Ce processus naturel a de nombreuses utilités :

  • Enrichir le sol par la dégradation constante de matière organique
  • Protéger le sol du dessèchement par le soleil – Garder l’humidité
  • Protéger le sol de la pluie provoquant son érosion (et donc dégradation de la couche fertile)
  • Favoriser la vie d’insectes, des vers de terre… *

C’est un procédé clé dans tout jardin en permaculture. En plus de ces points, la couverture du sol permet également d’éviter la repousse de plantes non souhaitées, qui pourraient prendre le dessus sur les cultures et donc engendrer un travail constant pour limiter leur invasion. Divers matériaux naturels peuvent être utilisés pour couvrir le sol : déchets verts, feuillages, brf (bois raméal fragmenté), paillis, laine de mouton… Certains utiliseraient cartons, bâches (biodégradables ou encore plastiques) mais il est préférable d’utiliser les matériaux présents sur le terrain, ou dans les environs et d’éviter les produits de synthèse pour l’impacte écologique que ca engendre.

* Je profite de ce point pour vous inviter à découvrir un site web riche en informations sur le Ver de Terre, acteur majeur dans la fertilisation de la terre. Plusieurs articles à son sujet ont été posté sur Le Jardin Vivant.

Associer arbres, arbustes et plantes

Cultiver une partie de ses légumes et plantes sous des arbres est également un excellent procédé. Certains arbres apportent des éléments nécessaires aux plantes (les fixateurs d’azote par exemple), ils contribuent également à la fertilisation du sol par la chute de feuilles et branchages et protègent les plantes craignant le plein soleil. Il faut toutefois veiller à ce que la canopée ne prive pas totalement de lumière les plantes situées plus bas. L’agroforesterie par exemple repose sur la combinaison arbres / légumes ou céréales, et le concept de Jardin Forêt (ou forêt comestible) illustre parfaitement l’association arbres, arbustes et plantes. Vous trouvez plus bas un article sur le sujet comportant vidéos et documents au format PDF pour approfondir sur le sujet.

Documents Approfondis

J’espère que ces quelques présentations vous auront aidé à appréhender certaines notions de la création d’un jardin en Permaculture. Voici ci dessous une sélection d’articles et de documents pour approfondir le sujet et étoffer vos connaissances pour démarrer dans de bonnes conditions:

 


La Permaculture

Enrichir la Terre

Associations Plantes

Le Paillage / Mulch

Le Compost

Les Poules

Culture sur Butte

Jardin Forêt

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimez cet article ? N'hésitez pas à le partager :
  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin
Et à soutenir Permatheque :

5 Commentaires

  1. Bonjour,

    Quel article super intéressant, très bien écrit et très clair !
    J’ai écrit il y a peu un article pour présenter ce qu’est la permaculture : https://www.jardinerfute.com/la-permaculture/
    Et les 2 articles se complètent à merveille l’un et l’autre ! Tu prends en compte beaucoup de facteurs que beaucoup de jardiniers “traditionnels” n’ont même pas conscience. Et tu fais un tour d’horizon des choses les plus importantes à mettre en place dans son jardin lorsque l’on commence un jardin potager en permaculture.

    Je n’hésiterai pas à faire un lien vers cet article dans un de mes futurs articles !

    À bientôt 🙂
    Heikel

    • Bonjour Heikel,

      Je te remercie. Je suis passé voir ton article, très bien réalisé également. Comme je te disais dans le précedent commentaire, si tu souhaite venir présenter le site JardinerFuter sur Permatheque il y a une rubrique adéquate (A Découvrir / En ligne / Sites Web), je pense que tes articles intéresseront beaucoup d’autres personnes et ca sera avec plaisir de partager tout ca.

      Bonne continuation et à bientôt !

      Robin

      • Salut Robin,

        Merci pour le compliment, ça fait toujours plaisir !
        Effectivement, ce serait avec plaisir de venir présenter mon site jardinerfute.com sur Permatheque.
        Tu peux m’envoyer un mail sur mon site pour qu’on en discute rapidement si tu veux bien. 😉

        À bientôt,
        Heikel

Laisser un commentaire