Manger Local

Voici trois bonnes raisons de recommencer à manger local. Premièrement, parce que notre approvisionnement  alimentaire dépend pour une trop large part d’importations en provenance d’autres pays, parfois lointains, ce qui le rend fragile. Que se passerait il s’il n’y avait plus d’import ?

Ensuite, parce que ces importations sont très coûteuses en pétrole, et en pollutions, qui viennent accroître le réchauffement climatique, dégrader la qualité de l’air, et dépose des particules nocives dans l’environnement.

Enfin, parce que privilégier les “circuits courts” permet de renouer le lien avec les producteurs locaux et de réapprendre comment est produit ce que l’on mange, et retrouver une alimentation rythmée par les saisons.

Comment faire pour manger local ? Retrouver la maîtrise de son alimentation oblige à réapprendre des gestes souvent oubliés comme le jardinage, la préparation de conserves… et à redécouvrir la coopération et l’entraide qui conditionnent la plupart du temps la réussite.

Pour aider à cette grande “requalification”, les auteurs du livre Manger local proposent vingt-six initiatives qui reposent sur des expériences réussies et facilement reproductibles, des plus simples à mettre en œuvre –  comme constituer un réseau de paniers, approvisionner une cantine en produits bio et locaux ou démarrer son potager – aux plus “engagées” – se réunir autour d’un jardin partagé, créer un éco-hameau, relier les initiatives locales…

Chaque initiative est accompagnée de conseils pratiques pour l’adapter à son propre territoire, environnement, et d’adresses utiles pour se mettre en relation avec d’autres projets et enfin passer à l’action.

 
.
.

/

Vous aimez cet article ? N'hésitez pas à le partager :
  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin
Et à soutenir Permatheque :

1 Commentaires

    Laisser un commentaire