La Biodivertité, base du jardinage naturel

  • par Gilles le Jardinier Bio
  • 20 septembre 2015
  • 133 Vues
  • 1

Bonjour à tous et à toutes.

Pour commencer, je tiens à remercier Robin pour son invitation à intervenir sur ce très beau et nécessaire site communautaire.

Je voudrais  aujourd’hui vous parler un peu de biodiversité.

Pour moi, peu importe de parler de bio, de permaculture, d’agro-écologie, d’agro-foresterie, de biodynamie ou encore de jardinage naturel…

En effet, à mon sens, ces différentes approches ne sont que des termes qui, au fond, signifient – ou en tout cas devraient signifier – tous la même chose, à savoir « travailler dans le respect des différentes formes de vie ». Bio signifie d’ailleurs Vie…

Je n’ignore pas que certains réagiront à ces propos, persuadés qu’ils sont que seule la permaculture, par exemple, est viable et cohérente.

A ceux-là, je dis : « ne soyez pas sectaire ; aucun courant ne détient la vérité absolue… Il y a du bon à prendre partout, et c’est ainsi que l’on avance dans la connaissance et la pratique ».

Mais revenons-en à la diversité. Qu’il s’agisse de vie minérale, de vie microbienne ou animale (dont l’homme fait partie intégrante) ou de vie végétale, chaque entité, aussi petite et insignifiante soit-elle, joue un rôle prépondérant dans la longue chaîne de vie que constitue un jardin.

Détruire une seule de ces vies revient à créer un déséquilibre… qui lui-même risque d’en engendrer un autre… Éliminez par exemple radicalement les pucerons et vous multiplierez les problèmes de ravageurs. Pourquoi ? Tout simplement parce que les coccinelles notamment, ne trouvant plus chez vous leur plat favori, déménageront en des cieux plus hospitaliers.

Aussi, et plus j’avance dans mon expérience, plus j’en suis convaincu, tout jardinier se refusant à utiliser des produits chimiques (mais je devrais dire tout simplement « tout jardinier ») doit avoir pour principe directeur de perturber le moins possible cet écosystème à part entière que constitue un jardin.

Cela passe, en premier lieu, par le non-travail du sol. Ne parlons même pas de labour, qui est à bannir absolument. Bornons-nous simplement à reconnaître qu’une couverture permanente du sol (paillage classique, BRF, buttes-lasagnes, engrais verts…) constitue le moyen le plus efficace pour y favoriser la vie, et donc la fertilité.

Mais, reconnaissons aussi que ce principe n’est pas toujours applicable (manque de matières organiques pour couvrir toute la surface) ou même approprié (par exemple pour les semis directs de petites graines comme les carottes, tout au moins tant que l’on a pas constitué un substrat suffisamment meuble et fin). On aura alors recours à un outil non agressif pour le sol (type Grelinette).

Ne soyons pas non plus maniaques. Certes, un jardin parfaitement entretenu et « carré » est joli à regarder… mais la biodiversité n’a que faire de cette « beauté standardisée » . Alors qu’au contraire broussailles, herbes sauvages basses où élevées, tas de bois ou monticules de pierres offrent gîtes et couverts à une multitude animale, seule garante d’équilibre.

On s’abstiendra également d’utiliser tout insecticide, aussi naturel soit-il. Les pyrèthres notamment en sont une parfaite illustration. Ces produits sont autorisés en bio (et des « permaculteurs » n’hésitent d’ailleurs pas à en utiliser…). Bien que d’origine naturelle et sans impacts sur la pollution des sols, ce n’en sont pas moins des insecticides ; ce qui veut dire qu’ils tuent les insectes, et ce sans distinction… comme nous l’avons vu un peu plus haut, on ne fait alors que créer un déséquilibre supplémentaire. Aussi, aux insecticides, nous préférerons les répulsifs naturels à base de plantes, mais là encore, seulement lorsque cela s’avère absolument nécessaire… car bien souvent, c’est en s’abstenant d’intervenir que l’on obtient les meilleurs résultats.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur la prépondérance de la biodiversité au sein d’un jardin… mais restons-en là pour aujourd’hui.

J’invite ceux et celles qui souhaiteraient en savoir plus sur ma conception du jardinage à visiter mon blog et pourquoi pas, à y participer (les articles invités sont bienvenus!)

Bon jardinage – naturel bien sûr – à tous !

Je m'appelle Gilles Dubus et je suis maraîcher bio en Dordogne.J'ai également créé un blog (le Blog du Jardinier Bio) il y a maintenant plus de 3 ans. Blog sur lequel j'essaye de partager mon expérience et de favoriser également les échanges entre jardiniers (certains articles sont très commentés...).J'ai récemment publié un livre numérique intitulé "Mon Potager au Naturel" (https://www.un-jardin-bio.com/ebooks/mon-potager-au-naturel/)
Vous aimez cet article ? N'hésitez pas à le partager :
  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin
Et à soutenir Permatheque :

1 Commentaires

  1. Super entrée en matière ! Merci Gille pour cet article

Laisser un commentaire