Le Message des Indiens Kogis

Un magnifique message, porté par les Indiens Kogis. Ce peuple à la culture et aux traditions préservées depuis des temps ancestraux, partage une vision de la vie et de la planète oubliée de nos jours par les cultures occidentales, embourbées dans la frénésie du système économique et ses dérives.

Alors que les sociétés dites civilisées s’étriquent de plus en plus dans la voie de l’économie capitaliste, renforçant le contrôle, la sur-consommation, l’industrialisation, ultra-technologie et nombres d’autres valeurs superficielles et irrespectueuses qui entrainent la dégradation de l’environnement dont nous faisons part, les indiens Kogis, perchés dans les montagnes de la Sierra Nevada Colombienne, perpétuent un mode de vie ancestrale et les rites traditionnels ancrés de manière symbiotique dans le Grand Ensemble. Menacés par les pratiques modernes détruisant la nature, l’accaparation des terres, et le meurtre de qui se trouve être obstacle aux intérêts personnels de personnes et organismes peu scrupuleux, ils préservent leur environnement, et tentent de sauver la planète du “Petit Frère” aux actes sans respects pour la Mère Terre. Un message de paix et d’intelligence, pour peut être, aider l’humain à évoluer et retrouver sa conscience.

“Les indiens Kogis vivent dans la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, depuis plus d’un demi-millénaire. Les Tayronas, leurs ancêtres, (qui furent massacrés par les conquistadores), les précédèrent durant 3’500 ans… Dans leur communauté, ils donnent la même importance à chaque individu, car il n’y a pas de hiérarchie entre eux. Ainsi, par exemple, celle ou celui qui coud est autant considéré que celle ou celui qui cultive, etc… Toute décision est prise après que tout le monde se soit exprimé et cela vaut autant pour l’enfant que pour le vieillard. C’est pourquoi les Kogis peuvent prendre beaucoup de temps afin de prendre une décision qui ne lèse personne. Leurs traditions sont caractérisés par un rapport très fort à la Terre. De nos jours, ils se sentent encore gardiens de la Terre qu’ils considèrent comme « sacrée ». Ils sont, entre autre, capables de reconnaître les lieux où la Terre est “vivante” et ceux où elle est “morte”…” Chris Muller

Laisser un commentaire